Les prix : écrasants ou justes ?
L'analyse des prix au rayon révèle des marges de manoeuvre. Il est possible de rendre abordables des produits issus d'un certain  respect de l'animal.
Mais l'impression est plutôt celle d'un cercle vicieux, absurde. Le consommateur y est entraîné.
Or les premiers prix ne permettent à personne de travailler décemment - ils ne font que détruire tous les repères quant à la valeur réelle d'un produit.

Les oeufs  le lait  la viande de porc
Plan du site
Exemples :

 Le prix des oeufs en grande surface  

Des oeufs pas assez chers  et des oeufs  trop chers : les prix sont arbitraires et déconnectés des prix payés aux producteurs

Difficile à justifier que le prix au rayon dépasse 4 fois le prix payé au producteur...  

Les oeufs 'premier prix' supportent très peu de marge. Personne ne peut vivre décemment, dans la durée, avec de tels prix.  C'est pourquoi les mêmes oeufs de cage (dans un autre emballage) sont aussi vendus nettement plus cher.

Les oeufs alternatifs (un certain bien-être animal) supportent des marges plus élevées. Ils contribuent davantage à assurer le "chiffre" du rayon. Indirectement, ils contribuent donc aussi à financer les oeufs premier prix de la maltraitance.

Le consommateur paie :

Résultats des prix relevés dans 3 hypermarchés catégorie M (calibre moyen):
  • des oeufs de cage de 7 à 22 centimes d'€
  • des oeufs de plein air de  15 à 31 centimes d'€
  • des oeufs fermiers label rouge ramassés à la main et pondus sur la paille (c'est important !) de 25 à 37 cts d'€
  • des oeufs biologiques de 28 à 45 centimes d'€
L'éleveur est payé : 
(estimé avant hausse des céréales)
(c'est très variable) à titre indicatif :
  • 4  - 5 centimes d'€ pour un oeuf de cage 
  • de l'ordre de 6 - 6,5 centimes d'€  pour un oeuf de plein air
La pression sur les prix est très forte ; le plein air en souffre.

Avec 1-2 centimes d'€ de plus par oeuf en plein air, les conditions d'élevage et de travail pourraient être sensiblement améliorées. C'est si peu - ce serait jouable !

Sans que le consommateur en souffre. Car c'est si peu ! pour un aliment extraordinaire.
MAIS il faudrait que cette 'prime'   revienne effectivement à l'éleveur, et qu'elle ne soit pas multipliée et gonflée par les marges des distributeurs.  Des créations d'emplois seraient même possible, dans des élevages à dimension humaine.

N.B. d'importants écarts de prix ont lieu à l'intérieur  du même magasin ; toutes les enseignes proposent de fortes variations de prix à l'intérieur de la même catégorie d'oeufs.
  • l'oeuf premier prix de cage  est dans le segment des discounters
  • les moins chers dans chaque catégorie sont les oeufs de marque de distributeur  (MDD) 
  • les MDD existent en cage , plein air, label rouge, bio.
  • les grandes marques nationales sont nettement plus chères

Commentaires :

  • les variations de prix sont importantes pour des oeufs produits de la même façon, vendus dans la même catégorie 
  • les premiers prix ne permettent à personne de vivre décemment (et surtout pas aux poules) et ne font que casser des exploitations :
  • soit les mêmes élevages livrent à la fois des oeufs premier prix et des oeufs (les mêmes) payés plus chers dans d'autres emballages qui mettent en avant des qualités, ce qui permet à ces exploitations de survivre
  • soit de très gros volumes viennent de très grosses usines de ponte qui cassent les prix et les exploitations
  • à l'autre extrême des prix élevés pour le 'haut de gamme' ne sont nullement justifiés par les coûts à la production et pas par le prix payé au producteur. Ils peuvent dépasser 4 fois le prix payé au producteur ! Forcément, des prix aussi élevés limitent les ventes de ces oeufs. On pourra alors prétendre que le bien-être coûte trop cher et que le consommateur ne veut pas payer. - On peut aussi se poser la question si certains profitent de l'image sympathique d'un oeuf alternatif régional pour demander un prix particulièrement élevé
  • les marques des enseignes (MDD= marque de distributeur) proposent des oeufs de plein air, fermiers, et bio, à des prix plus intéressants et attractifs. 

Les prix MDD : intéressants pour le consommateur  -  une piste vers des prix plus justes ???

retour

Résultats des relevés de prix : dans les cases du tableau vous trouvez  le nombre d'oeufs par boîte, et en-dessous le prix par oeuf
Cora 67120 Dorlisheim 24.10.2006 Auchan 67400 Illkirch 27.10.2006 Rond Point  67210 Obernai 24.10.2006
    Petit Moyen Gros Très gros   Petit Moyen Gros Très gros       Moyen Gros Très gros
 


 Cage

            secteur discount 30
0,07
15
0,08
                           
Oeufs d'Emilie 30
0,12
      (Appro)   ?M? 30
0,07
                               
Winny
le moins cher
  10
0,08
      le moins cher   10
0,09
      premier prix 20
0,14
   
Cora   20
0,14
12
0,15
6
0,18
    Auchan   20
0,12
12
0,13
      Coop Alsace 20 Gou M?
0,15
12
0,16
6
0,20
   
Bureland     20 extrafrais
0,22
6
0,23
    Bureland   12
0,18
6
0,23
    Bureland 20 GouM? (4gratuits)
0,17

12
0,24
6  
0,25
 
Matines     
6
0,22
extra frais
12
0,20
Jumbo
6
0,29
  Matines     Maxi d'Auge
12
0,20
    Matines  
Maxi d'Auge
6
0,20
6
0,30
Lustucru   sélection nutritionnelle
6
0,21
6
0,28
10
0,27
    Lustucru     12
0,18
6 sélection nutritonnelle
0,21
6
0,26
           
Au sol             Oeufs de basse-cour     12
0,18
                        
 
 Plein Air

                 
            secteur discount   6
0,15
                   
Cora   12
0,23
6
0,25
      Auchan     12
0,18
                 
Matines Alsace/
Nord
  12
0,31
6
0,31
    Matines Alsace   12
0,27
6
0,28
        Matines     6
0,26
 
PleinAir
Label rouge
Mas
d'Auge
fermiers
    6
0,38
    Auchan   6
0,23
               
PleinAir fermier Label Rouge pondu sur paille, ramassé à
la main
Cora   12
0,25
      Cocorette     4
0,37
6
0,38
    Cocorette 12    
0,33
     
 

 Bio
   
Cora Match   6
0,31
        Auchan   6
0,28
                   
Loué fermier   6
0,43
      Mère Poularde   6
0,43
      Alsace Bio
    6
0,46
   
Coco-
rette
  10
0,42
      Cocorette fermier bio     10
0,40
        Cocorette bio fermier 10
0,42
6
0,45
     
Plan du site

 
Le lait

En construction


La viande de porc   En construction

Les prix de promotion de porc sont des coups de massue sur la vérité des coûts.

On ne peut pas produire du jambon à un tel prix  !  

Et surtout pas avec la moindre décence envers l'animal. D'autant plus que dans ces prix, il doit y avoir des frais d'abattage, de découpe, de transport, d'emballage, de contrôle....
La viande coûte le prix des pommes ? Le consommateur perd tous les repères. 
Les promotions font la surenchère parce que c'est la mauvaise période de l'année pour vendre du porc.

Mais il aurait mieux valu ne pas produire ces porcs du tout. Manifestement, il n'y en a pas besoin. Ils sont bradés. Les porcs ont souffert pour rien.

Pire. Les éleveurs ont inventé un truc pour faire remonter la rémunération des porcs : l'exportation de porcs vivants. Ils seront abattus à l'étranger.  Les abattoirs bretons ne les auront pas. Alors ils paieront un peu mieux pour avoir des porcs. Pendant ce temps, les animaux font de longs trajets en camion. Tous les moyens sont bons...

La publicité a annoncé (et ce ne sont pas les seules !) (N.B. ces chiffres datent de 2007, mais en 2008 c'est semblable)
Spécial porc au Rond Point, du 3-6 janvier 2007  :  
jambon entier frais      1,99€ le kg
demi-longe découpée  avec filet mignon 2,48 € le kg 
épaule fraîche entirèe  1,45 € le kg
Foire au Porc chez Super U, du 4-6 janvier 2007 :
jambon entier frais   2,00 €  le kg
longe entière sans filet mignon   1,99 € le kg
Les soldes  à Auchan le  15-16 janvier 2007 :        
jambon cuit supérieur avec couenne  3,99 € le kg