Information du consommateur ou confusion volontaire ?

info claire et conforme:




des noms flous et rassurants pour des oeufs de cage:










L'industrie agro-alimentaire martèle sans cesse des messages de qualité qui sont conformes à ses modes de production. Le bien-être animal peine à trouver sa place, dans les discours comme dans les pratiques.

Et même lorsque la loi sur l'information du consommateur est très claire (c'est le cas pour les oeufs), les filières détournent l'attention en donnant d'autres noms à des "oeufs de cage". Est-ce conforme à la loi ? La question mérite être posée.

Il n'est dès lors pas étonnant que des études marketing sur les attentes et choix des consommateurs restituent et confortent le discours propre des filières. On tourne en rond...


les oeufs

l'information sur les modes d'élevage selon la loi

en rayon : les oeufs alternatifs s'affichent

les oeufs de cage se cachent derrière d'autres noms
Plan du site

Les oeufs

L'information obligatoire sur les modes d'élevage, selon la loi


Le Règlement (CE) n° 2052/03, Article 13, dit : "Les oeufs exposés en vue de la vente ou mis en vente dans le commerce de détail doivent être présentés par catégories de qualité, de poids et selon le mode d'élevage. Les différentes catégories de qualité et de poids ainsi que le mode d'élevage sont indiqués sur les présentoirs des oeufs de manière parfaitement visible et sans équivoque pour le consommateur. "

La règlementation européenne (règlement CE n° 1651/2001 de la Commission du 14 août 2001) a défini des termes clairs et nets pour désigner les modes d'élevage des poules pondeuses. 
Il existe quatre catégories d'oeufs. Ci-dessous l'essentiel des différences entre les catégories.

cage

oeufs alternatifs (non cage)

désignation obligatoire du mode d'élevage sur l'emballage et sur le présentoir

"en cage"

cage type 2005 

et  cage type 2012


"au sol"
"en plein air"
(terminologie européenne)

"agriculture biologique"
"plein air"
"plein air label rouge"
(signe de qualité français)
"plein air  label rouge fermier"
(signe de qualité français)
surface utilisable par poule dans le bâtiment
N.B.:
Dimension d’une poule légère :
47,6cm x 14,5cm = 690,2 cm²
cage type 2005 : 550cm² par poule donc environ
18 poules/m²
de cage, et les rangées de cage sont superposées (à l'extrême jusqu'à 8 voire 12 étages)

cage type 2012
: 600cm²  de surface utilisable  + 150cm²  de nid  par poule. (donc environ 13 poules /m² de cage)
Or pour ce nid, la hauteur minimale est de seulement 20cm (il est donc normal de ne pas le compter comme 'surface utilisable' !)
.
Les cages en batteries peuvent être superposées en nombre non limité d'étages. Il faut qu'une inspection visuelle des cages soit possible - une passerelle même en hauteur suffit.
maximum de 9 poules/m²
càd. 1111cm² par poule.
(dérogation possible  pour 12/m² jusqu'au 31.12.2011)

Cela concerne
- les systèmes avec un seul niveau où se promènent les poules,
- ainsi que les systèmes volière.
En système volière, il y a des éléments superposés qui ressemblent à des terrasses avec alimentation et abreuvoirs, sur un maximum de 4 étages, le tout séparé par des couloirs, où les poules peuvent voleter. Ces étages augmentent la surface utilisable par les poules. L'utilisation de la  dimension "hauteur" leur convient bien. Ainsi il est possible de pratiquement doubler le nombre de poules par m²  de sol du bâtiment, tout en accordant aux poules un espace structuré où par exemple une poule peut se soustraire au regard d'une autre.

maximum de 9 poules/m²
à terme 

6 poules/m²

  (transition 9/m²)
accès à une litière pour gratter et picorer non

En cage type 2012 une surface à gratter est théoriquement obligatoire. Mais les solutions techniques ne sont pas convaincantes.
Législation valable pour tous les systèmes alternatifs :

- au moins 250cm² de litière par poule (paille, copeaux, sable ou tourbe - en théorie ! En pratique en France la litière est  trop souvent composée des  fientes - matériau très friable, certes, mais peu adapté pour gratter et picorer, pose des problèmes sanitaires.

- un tiers de la surface du bâtiment recouvert de litière (paille, copeaux, sable ou tourbe - en théorie !)
accès à un parcours au plein air non non 4m² de surface par poule
Trappes : 1mètre linéaire pour 500 poules
5m² par poule
Trappes : 1ml pour 250 poules
    10m² par poule
Trappes : 1ml pour 150 poules
nombre de poules par bâtiment  resp. par
exploitation
illimité (autorisation des installations classées) ; le système étant entièrement automaisé et contrôle, il n'y a aucune limite illimité (autorisation des installations classées) mais des problèmes techniques (poussière...) peuvent  inciter à limiter un peu  non limité mais:
 il faut p.ex.  4 hectares pour 10000 poules - en pratique, le besoin en surface disponible limite donc le nombre de poules !
maximum
6000/bâtiment 12000/site d'exploitation

ventilation statique

 (Cocorette fermier : 3500/exploitation)

Attention : les cahiers des charges sont confidentiels !
à terme 3000/bâtiment et 9600/exploitation
variabilité Grande variabilité du bien-être des poules entre les élevages, pour des raisons diverses.
La personnalité de l'éleveur joue un rôle important.
Mais il peut aussi y avoir des problèmes indépendants de l'éleveur.
Pour ce qui est des mutilations, aucun cahier des charges ne va réellement plus loin que la directive européenne. L'épointage est accepté.  
évaluation Ce système peut certes être performant, avec des mortalités relativement faibles. Mais il ne peut pas être conforme aux besoins physiologiques et comportementaux des poules pondeuses. Ce système ne peut par essence pas être satisfaisant. C'est mieux que la cage. Mais il faut  une densité modérée de poules, et une qualité certaine dans la conduite, pour que ce système soit acceptable. Cela peut être très bien.  
Mais il y a des progrès à faire.
C'est exigeant pour l'éleveur (compétences et suivi).
A soutenir.
Exigences globalement  un peu supérieures au plein air sans label.
Mais le label rouge insiste davantage sur le contrôle de la qualité des oeufs que sur le mode d'élevage.
Potentiel d'excellence.

La ponte sur des nids de paille, avec ramassage à la main, est un  élément de qualité superbe (poules moins stressées, petits troupeaux...)
Potentiel d'excellence.

Aliments cultivés  sans pesticides.
Quelques difficultés à surmonter.

Pour les catégories "plein air" et "biologique", l'information du consommateur est claire et directe.  Ces informations sont en effet valorisantes pour le produit.
C'est tout autrement pour les oeufs de cage. La mention "cage" n'est pas valorisante.... donc on évite de la mettre en avant.

Sur les boîtes d'oeufs :

Les modes d'élevage alternatifs sont inscrits en gros, très lisibles.
Le mode "cage" est inscrit en tout petit, il faut  en général prendre la boîte d'oeufs en main et la retourner pour le lire.

Sur les présentoirs :
La qualité des inscriptions varie selon les magasins. Le plus souvent, les oeufs de cage sont vendus avec des mentions plus valorisantes que "cage". On rebaptise les oeufs de cage avec des termes du marketing, destinés à éloigner la notion 'cage' dans la tête du consommateur.  (et ça marche ! les sondages des filières le confirment).
retour

Oeufs alternatifs : l'Information est en règle générale claire et directe. 


En effet, ces modes d'élevage sont  valorisants, donc on les inscrit en gros.

Information claire et directe sur les présentoirs dans le rayon

"agriculture
biologique"

"plein air"
"label rouge"
"fermier"

néanmoins quelques mentions fantaisistes ou brouillées

"agriculture
biologique"
pourquoi "nutrition" ?
"plein air"
Pourquoi mettre un gros titre "Tradition" et  en plus petit la mention
obligatoire "plein air" ? Tradition ne veut rien dire.
Le  mode d'élevage "plein  air" est  moderne.

"au sol"

Dans une "basse-cour", les poules sont dehors. Or dans un élevage au sol,
les poules ne sortent a priori pas en plein air. Ce terme risque donc de créer quelque confusion.
Or si les poules disposaient d'un auvent (jardin d'hiver, ou aire d'exercice couverte),
on serait déjà beaucoup plus près de la qualité d'une basse-cour.


La "race ancienne" ici semble fantaisiste -  de quoi s'agirait-il  ???
Toutes les souches en élevage intensif sont produites par quelques multinationales.
 "Tradition" ne veut rien dire : l'élevage au sol qui est le créneau des volières sans parcours, est particulièrement moderne et encore rare en France.
Les races anciennes et rustiques courent plutôt en plein air !


"classique" ne veut rien dire...  ce terme était d'ailleurs le plus souvent utilisé pour la cage ; pourquoi le reprendre pour les poules "au sol" ?  En effet, l'élevage au sol en volières pourrait à terme prendre la relève des systèmes en cages batteries.  Les termes légaux sont respectivement "cage" et "au sol".
Plan du site
retour

Oeufs de cage :  l'information est parfois absente et souvent brouillée (certaines images datent de 2005 - malgré quelques progrès la tendance reste la même)


En effet, ce mode d'élevage n'est pas valorisant, il n'est pas sympathique. Donc on cherche
  • - à rendre la mention "cage" la moins visible possible
  • - à lui donner d'autres noms qui "passent" mieux.
  • - à mettre en avant des arguments de vente justifiant une plus-value, sans changer le système de production en cage. Ces arguments font appel
    • à la  "fraîcheur" et
    • à la valeur nutritionnelle
  • à utiliser certains termes autant pour les oeufs de cage que pour les oeufs alternatifs
la mention "cage" est correctement présente

la mention "cage" manque










- la mention "cage" est écrite en petit, peu visible, verticale, ...  à comparer avec les mentions très visibles des oeufs alternatifs (tableau ci-dessus) !

- on met en avant des catégories d'oeufs en dehors des catégories officielles des modes d'élevage,  afin de valoriser les oeufs de cage

- on crée des mentions nouvelles susceptibles de créer la confusion...


Le marketing avec la date :

Il y a obligatoirement une date sur l’emballage des oeufs :
« à consommer de préférence avant le… ». La ponte a eu lieu 4 semaines avant.
La date limite de vente est à 3 semaines après la ponte. - Mais l’œuf se conserve bien au-delà, s’il est au frais.
Certains arguments de vente (fraîcheur) sont bien adaptés aux élevages industriels: tamponner la date sur l’œuf nécessitait un investissement lourd. Le ramassage quotidien est moins cher si le semi-remorque est rempli.
Mais les oeufs alternatifs répondent aux mêmes critères de conservation et de fraîcheur. Ceci à un jour près : vu les quantités  plus faibles (non industrielles), les oeufs ne sont ramassés à la ferme que tous les 2 jours, mais ils sont stockés dans un local spécialisé au frais.
La date est sur l'emballage (il suffit de regarder !!). La date recommandée est le plus souvent aussi imprimée sur les oeufs plein air. Ces oeufs sont tout aussi bons !
Vous voulez sortir vos oeufs de la boîte ? Vous relisez la date quand vous prenez l'oeuf en main ? Sachez que la porte du frigo n'est pas un bon endroit pour conserver les oeufs en raison des changements fréquents de température qui risquent de rendre les pores de l'oeuf moins imperméables....  alors pourquoi ne pas laisser l'oeuf dans sa boîte si vous êtes à cheval sur la date ?
Vous êtes économe de votre argent?
Vous voulez vraiment payer pour un tampon de date sur un oeuf - toutes choses égales par ailleurs ?
Ou peut-être croyez-vous que si la date n'est pas tamponnée sur l'oeuf on va vous tromper sur la date limite ??
Vous ne faites pas confiance à la filière des oeufs ?? Ohlala !
Vous pouvez faire confiance à la filière des oeufs... elle veut vous vendre des oeufs de cage sous n'importe quel nom !











"production régionale" : plutôt sympathique 
en bas des oeufs de cage, en haut des oeufs de plein air : les uns comme
les autres peuvent être  d'origine régionale














à droite, un mode d'élevage,
à gauche, une manière de valoriser l'information sur la date limite dont l'inscription sur l'emballage est de toute manière obligatoire pour tous les oeufs.  La date de ponte équivaut simplement à la date limite de consommation moins 4 semaines.   


"ramassés" ??? Les oeufs sont transportés par des systèmes automatisés des cages batteries vers le centre de conditionnement.
l'image risque de créer une confusion
malgré la représentation de paille sur les boîtes, ni les poules ni les oeufs n'ont  rencontré la paille ; elles passent leur vie de ponte sur un grillage inconfortable et  l'oeuf pondu péniblement (sans l'abri d'un nid) roule sur la pente du grillage vers le tapis transporteur

Panneaux  mis en place dans les rayons par un  fournisseur d'oeufs. 
"Nutrition", "nature", "gourmandise"....  des catégories dont l'utilité n'est pas vraiment évidente.  
Une certaine confusion aurait-elle été bienvenue ?
Plan du site