Qualité du bien-être animal : qualité éthique

Quel a été le bien-être ou le mal-être des animaux vivants qui sont à l'origine de nos aliments? Cette question mérite d'être posée plus souvent, au moment du choix d'achat.

C'est une habitude à prendre, lorsqu'on fait ses courses :
"Est-ce bon ?" "Est-ce pas trop cher ?"
"Est-ce que l'animal vivant a été respecté ?"
Plan du site

La notion de qualité éthique est nouvelle

Beaucoup de consommateurs ne la connaissent pas encore. C'est le commerce équitable qui l'introduit et la fait connaître, avec un succès certain.  On n'en a rarement parlé pour les animaux. 

Ici ce n'est pas l'impact au niveau goût, ou sanitaire, ou nutritionnel, qui nous intéresse  - tout  ceci est une autre question. Il peut y avoir de multiples liens entre ces diverses qualités et la qualité éthique. Mais ici, la qualité éthique nous intéresse pour elle-même. Nous ne la subordonnons pas à d'autres objectifs  comme le bon goût ou la protection de l'eau. 

Bien sûr, on n'achètera pas un produit éthique s'il n'est pas bon, et s'il faut se forcer pour le manger.

Mais acheter un produit qui est bon et/ou pas cher - mais qui  manifestement n'est pas éthique ?  Ce sont là des cas de conscience. Chacun pourra trouver sa voie et construire ses décisions. Il faut du temps.

Quels critères adopter pour évaluer la qualité éthique envers l'animal ?


- Les conditions d'élevage : cela dure toute la vie de l'animal, et pourtant, on en parle peu.

-  Les conditions de transport et d'abattage : c'est plus court, mais ça peut être grave. Les médias en parlent, car c'est frappant. C'est ce à quoi "les gens" pensent spontanément  : "c'est horrible". Mais le lien avec le produit dans la barquette est rarement fait.
-   D'éventuelles interventions et mutilations sont un point particulier.

Plan du site
retour

Quelques notions clés du bien-être animal en élevage, et leurs conséquences

(d'après un tableau publié dans Citoyen Nature été 2005)

Mal-être (pratiques courantes) Bien-être Impacts  ‘bien-être’
Poules pondeuses

Cages standard et aménagées : toute activité normale est impossible ou perturbée; os friables par inactivité, débecquage/épointage

Elevages alternatifs : densité trop élevée, pseudo-plein air, problème de qualité de l'air, 
cannibalisme, débecquage/épointage,
mauvais management

Poulettes: mode d’élevage inadapté

Petit troupeau, faible densité en bâtiment

Bonne structuration du poulailler 

Jardin d’hiver   

Sortie au plein air

Bon management

Mortalité faible

Troupeaux plus petits

Densité plus faible

Paysage agrémenté par un parcours planté

Effluents bien maîtrisables

Maintien et création d’emplois
Poulets de chair

Croissance rapide, douleurs aux pattes

Claustration

Entassement

Lésions

Fragilité, besoins de médicamentsDindes : débecquage

Croissance lente (type label rouge), pas de douleurs

Faible densité, 

Litière soignée,

Surfaces, structure (en hauteur), permettant de bien bouger ; 
occupations,  
plein air

Rusticité
Dindes
Canards

Entassement     

Claustration sur caillebotis                  

Pas d’eau

Débecquage, dégriffage

Alimentation forcée en cages étroites immobilisantes (système dominant) ou en claustration en petit groupe,   sollicitant les mécanismes physiologiques jusqu’à la pré-agonie, pour produire foie gras et magret

Faible densité, petits troupeaux

Plein air

Possibilité de nager

Integration dans un système diversifié

Intégration dans un paysage diversifié
Lapins

Petites cages grillagées empêchant des mouvements normaux,

Sans litière (ni confort ni occupation)

Lésions (tégument, squelette)

Entassement (jeunes) isolement (adultes)  

Très forte mortalité

Case collective (pas cage), ou parcours en plein air, ou abris mobiles en plein air

Surface et hauteur permettant des sauts et le redressement

Litière et occupation

Structure permettant aux animaux det se retirer
Vaches laitières

Attache, claustration, zéro pâturage

Inconfort, boiteries,  et mammites

Rations mal équilibrées

Stress divers

Stabulation libre paillée, confort (il y a des progrès notables)

Pâturage, et rations équilibrées (herbe)

Bons soins

Respect des liens sociaux

Bonne part de l’herbe dans l’alimentation des vaches et engraissement à l’herbe à

Paysage de pâture, nature ‘banale’, protection de l’eau

Haies brise-vent, ombre par des arbres

Luzerne à la place de maïs/soja (OGM)

Economies en énergie, en pesticides  


(de très grands troupeaux sont diffciles voire impossibles à sortir au pré ; variable selon les régions)
Gros bovins (production de viande)

Caillebotis, attache, claustration   

Surfaces  insuffisantes à l’étable

Engraissement intensif (jeunes bovins)
Veaux

Caillebotis, manque d’espace, 


Privation sociale,séparation de mère

Alimentation liquide trop riche

Recherche d’une viande claire, anémique, par privation de fer à privation de foin et de sortie au pré

(viande rouge, saine à mal payée)

En groupe sur paille, espace permettant de bien bouger

Rester avec la mère

Sortir au pré

Accepter viande rouge (non anémique)
Porcs

Caillebotis, entassement

Manque d’espace, d’occupation, de lumière  

Immobilisation des truies en cages (durant gestation, mise-bas, et  lactation)

Impossibilité des interactions sociales normales

Mutilations

Litière, confort,

Surfaces au moins doubles de la norme a minima

Possibilité de fouir

Liberté de mouvement à tous les âges, aussi durant la gestation et la mise bas et la lactation

Truies en groupe

Bon management

Fumier pailleux qui apporte de l'humus aux sols, moins d’odeurs, pas de nuisances

Moins d’animaux par surface, également moins d’odeurs, 

abandon d’une logique de production industrielle de masse.

Paille : diversité culturale
Plan du site

retour